. . . . . .
4 Piliers

Inscrivez-vous à notre camp d’entraînement sur la dette

Recevez 10 courts messages par courriel sur la consolidation de la dette, les propositions de consommateur, et la faillite 101. C’est gratuit et écrit pour les Canadiens. Il ne s’agit pas des conseils habituels.

Mise à jour COVID 19 : Nous sommes là pour vous. Nos bureaux sont fermés pour une durée indéterminée, mais nous continuons le travail. Nous sommes disponibles pour vous aider par téléphone, courrier électronique et appel vidéo pendant nos heures normales d’opération.

Cassez la vitre en cas d’urgence

By Elisa Fremeth

Cassez la vitre en cas d’urgence

Votre plan de survie – Lorsque vos paiements dépassent votre revenu.

Ne tournons pas autour du pot, nous vivons un moment effrayant et rempli de stress. Notre priorité est de rester en bonne santé – et heureusement, la majorité d’entre-nous semblons y arriver. Toutefois, peu d’entre-nous pouvons affirmer que notre avenir financier restera en santé. Il est clair que nos finances ont connu de meilleurs jours. Plusieurs vivent déjà les conséquences d’une réduction de revenu et dépendent de l’aide gouvernementale. Il y a énormément d’incertitude sur la prochaine étape à l’aube de ce que certains prédisent comme étant la pire récession de l’histoire. Voilà pourquoi nous voulons vous fournir un plan de survie. Il ne s’agit pas de planification financière. Il s’agit de survie financière.

Il est temps de ‘casser la vitre en cas d’urgence’

Une urgence financière signifie différentes choses pour différentes personnes et dépend largement de votre situation particulière, et de votre stade de vie. Plusieurs personnes vivent déjà en état d’urgence financière, et c’est épuisant. C’est une situation qui affecte tout et chacune de nos décisions est régie par notre situation financière, chacune de nos pensées est teintée par l’argent. Si vous vous comptez parmi les chanceux, vous allez tout simplement vous soucier de la durée de votre fonds d’urgence, et si vous serez en mesure de le renflouer? Mais pour la grande majorité des gens, il s’agit de questions plus graves comme : dois-je faire l’épicerie ou payer mes comptes? Il s’agit là d’une véritable urgence financière. L’information fournie couvrira plusieurs scénarios. La plupart des gens se situent entre ces deux réalités, mais se dirigent rapidement vers la deuxième.

 

Scénario 1 : j’ai un fonds d’urgence

Supposons que vous êtes un des chanceux, vous avez encore un certain niveau de revenu, et vous avez été en mesure d’établir un fonds d’urgence. Ceci ne veut pas dire que vous êtes libre de soucis financiers. Il y a une raison pour laquelle on appelle cela un fonds d’urgence, vous vous en servir en situation d’urgence. Vos principales préoccupations sont de savoir si vous risquez de perdre votre source de revenu et combien de temps votre fonds d’urgence va durer. Malheureusement, il s’agit des préoccupations des privilégiés, puisque la majorité des gens n’ont pas de fonds d’urgence, leur revenu se résume donc aux programmes d’aide gouvernementale.

Ceci ne veut pas dire que vous devriez éviter de ‘casser la vitre’, vous devez vous préparer maintenant plus que jamais. Vous serez testé et vous verrez maintenant si votre fonds d’urgence peut vraiment tenir la route. Le montant hypothétiquement établi lors d’une période de stabilité financière était peut-être adéquat à l’époque, mais est-ce assez pour vous tenir, aujourd’hui?

Face à un avenir plus incertain de jamais, et ce depuis plusieurs décennies, le fonds d’urgence de 3 mois toujours recommandé par les experts semble plutôt aléatoire. Vous devez donc traiter votre fonds d’urgence avec grand respect, comme s’il devait vous durer indéfiniment. D’ici à ce que votre revenu retourne à la normale, il s’agit de votre source de survie.

Ne vous sentez pas coupable de vous servir de votre fonds d’urgence.

Premièrement, soyez fier. Vous avez mis sur pied, en partie ou en totalité, un coussin pour vous aider à survivre à une crise financière. C’est ce à quoi vous vous prépariez. La raison de vos nombreux sacrifices.

La nature humaine fera qu’il sera difficile de dépenser cet argent que vous avez si durement épargné pendant des années, et dont vous espériez ne jamais avoir besoin.

Cet état d’esprit sera bénéfique pour vous. Souvenez-vous que, même si vous avez un coussin de 3 mois en cas de perte de revenu, ça ne veut pas dire que vous n’aurez pas à modifier vos habitudes de dépenses. Ceci ne veut pas dire non plus que vous devriez vous en servir pour maintenir le niveau de vie que vous aviez avant votre perte de revenu. Efforcez-vous de vivre avec le revenu dont vous disposez, et servez-vous de votre fonds d’urgence pour les dépenses critiques qui ne peuvent être couvertes avec votre montant de revenu réduit. Le fait de préserver le fonds d’urgence lorsque possible vous apportera davantage de paix d’esprit et il sera plus facile de le renflouer une fois la crise passée.

 

Ne vous endettez pas pour éviter de vous servir de votre fonds d’urgence.

Souvent, le crédit le plus rapide et facile d’accès en période de crise financière ce sont les cartes de crédit à taux d’intérêt élevé. Toute votre préparation s’arrêtera là si vous générez une dette à intérêt élevée pour éviter de dépenser votre fonds d’urgence.

Tout d’abord, annulez tous vos abonnements superflus. Nous comprenons que Netflix est considéré comme une dépense essentielle, présentement 😊.  Mais examinez bien toutes vos dépenses pour voir ce qui peut être réduit ou éliminé. Informez-vous de tous les programmes d’allègement pour lesquels vous êtes éligible, et inscrivez-vous sans tarder.

Si vous faites des versements mensuels à votre REER et à d’autres fonds d’investissement, cessez-les. N’annulez pas vos polices d’assurance-vie, puisqu’elles seront plus coûteuses à reprendre plus tard. Ce n’est pas logique de vous servir de votre fonds d’urgence pour renflouer vos placements.

Même si ça peut sembler contre-productif, ne reprenez pas vos contributions à vos fonds d’investissement tant que vos besoins financiers les plus urgents ne soient pas comblés et que votre revenu ne soit stabilisé. Il s’agit d’un plan d’urgence, alors le fait de manquer quelques mois de versements à vos investissements en vue d’éviter de vous endetter, vous aidera, à long terme.

 

Scénario 2 : je n’ai pas de fonds d’urgence, mais j’ai des placements

Si vous n’avez pas de fonds d’urgence, ou s’il a été décimé, et que vous pensez à retirer de l’argent de votre REER ou de vos placements, souvenez-vous du fait que ces sources ne constituent pas techniquement votre fonds d’urgence, il s’agit de votre fonds de retraite. Ce sera ainsi pour plusieurs, puisque la plupart des gens commencent à investir avant de créer un fonds d’urgence. Personne ne pense avoir un jour besoin de son fonds d’urgence, et les gains sur les placements à long terme sont bien plus intéressants que le taux d’intérêt peu élevé du compte d’épargne dans lequel on place le fonds d’urgence.

Vous songez au fait de vendre des placements qui font partie d’une stratégie à long terme, et ce au pire moment. Les marchés vont remonter, mais vous ne pouvez pas attendre, car vous avez besoin de liquidité, maintenant.  Vous êtes quand même dans une meilleure position que les personnes qui n’ont pas de fonds d’urgence ou de placements. Alors encore une fois, soyez fier et indulgent.

 

Servez-vous de vos placements pour les dépenses obligatoires, et non pour réduire une dette insurmontable.

Si votre dette est ingérable ou en voie de le devenir, vous devez tout d’abord demander de l’aide professionnelle avant de liquider vos placements pour régler ou réduire une dette. Il s’agit d’une des pires erreurs que nous voyons, et peut ajouter des décennies à vos plans financiers.

https://www.4pillars.ca/fr/commencez

Si vous avez peu ou pas de dettes, il est mieux de vous servir de ces fonds plutôt que de vous endetter davantage. Le retour sur vos placements ne dépassera jamais les taux d’intérêt de vos cartes de crédit. Commencez par penser à liquider les comptes non imposables en premier. Si vous avez un CELI, c’est un bon point de départ. Ensuite, considérez vos CPG et dépôts à terme sans pénalité ou à pénalité réduite si vous accédez aux fonds. Il s’agit de sommes qui ont déjà été imposés et sont disponibles sans impôt supplémentaire. Si vous devez liquider vos REER, sachez qu’il s’agit de sommes imposables. On retiendra un certain montant en impôt, mais pas le plein montant, alors sachez que vous aurez à rembourser cette somme l’an prochain. Vous devrez donc mettre cette somme de côté. Une fois la situation améliorée, vous pourrez reprendre vos versements de REER, ce qui pourrait réduire le montant d’impôt dû sur la somme que vous aurez retirée.

 

Scénario 3 : je n’ai ni fonds d’urgence, ni de placements.

Il s’agit probablement du scénario le plus commun pour tous. Les gens n’ont tout simplement pas assez de revenu pour couvrir leurs dépenses et aucune réserve d’argent pour se dépanner. Il est mieux de cibler les dépenses et factures que vous pouvez payer plus tard que de vous ajouter une nouvelle dette à intérêt élevé.

Il faut d’abord régler vos dépenses mensuelles les plus élevées. Il s’agit habituellement de votre hypothèque ou de votre loyer. Communiquez avec votre banque ou votre propriétaire et demandez-leur quels programmes d’allègement s’offrent à vous. N’oubliez pas que, lorsque vous reportez votre hypothèque, les frais d’intérêt continuent de s’accumuler, ce qui aura pour effet d’augmenter vos versements mensuels ou de prolonger la période d’amortissement de votre hypothèque. N’ayez recours à cette solution que si c’est absolument nécessaire, pas seulement pour profiter des programmes disponibles.

Une fois votre versement mensuel le plus élevé réglé, vous pourrez vous attaquer au reste de la liste de vos paiements. Communiquez ensuite avec vos compagnies de cartes de crédit et autres prêteurs, comme par exemple pour votre prêt automobile. Dressez une liste, en commençant par les paiements les plus élevés, et considérez-les un à un, jusqu’au moins élevé.

Ajouter de nouvelles dettes

Si possible, il est préférable d’éviter d’ajouter de nouvelles dettes. Mais s’il s’agit de votre seule option de survie, alors allez-y. Cependant, faites-le en toute connaissance de cause. La première étape est de créer un budget de fonds d’urgence et de déterminer de combien de crédit vous aurez besoin pour bonifier votre revenu, mensuellement. L’étape suivante est de déterminer le montant de crédit disponible, et ses sources.

Cette nouvelle dette devra éventuellement être réglée, il faut donc la tenir au minimum en vous servant d’abord des sources de crédit à taux d’intérêt le moins élevé.

Il peut être extrêmement difficile, au niveau émotionnel, pour certaines personnes de gérer une dette. Nous passons notre vie à vouloir éviter l’endettement. Nous traversons présentement une période sans précédent où vous devez vous endetter pour subvenir aux besoins de votre famille, et non pas pour vous payer du luxe ou des achats non-essentiels. Soyez indulgent envers vous-même.

Il s’agit d’une situation temporaire, les choses vont s’améliorer.

Lorsque nous retournerons tout doucement à la normale, votre situation financière suivra. Ça n’arrivera pas du jour au lendemain, ni tout d’un coup, mais ça arrivera.

Et le moment venu, vous devrez faire un bilan et évaluer votre situation. Si vous êtes assez chanceux de vous en sortir avec seulement quelques accrocs financiers, vous aurez bien fait et ce sera parce que vous étiez préparé. Votre fonds d’urgence sera peut-être décimé, et vos placements réduits, mais vous aurez survécu. Dans un tel cas, retournez à votre plan initial et recommencez. Personne ne veut avoir à recommencer, mais soyez fier d’avoir survécu à cette crise et tirez-en les bonnes leçons.

Pour plusieurs, une fois les reports de paiements échus, la dette sera insurmontable. Vous ne serez pas seul dans cette situation; nous estimons que le Canada verra le plus haut taux de délinquance et d’insolvabilité de son histoire. Il est temps de vous relever, de vous secouer et de faire face à la situation. Plus vous reconnaissez votre dette insurmontable rapidement, plus vite vous pourrez la régler. Ne vous racontez pas d’histoires, ne soyez pas irréaliste et n’attendez pas de miracles. Être proactif et agir sans tarder déterminera la rapidité avec laquelle vous vous remettrez sur pied. Cette situation n’est pas votre faute, et vous avez le droit de bénéficier de l’aide et du soutien nécessaires pour vous en sortir de manière efficace. Il s’agit d’une des plus importantes décisions financières de votre vie. Il est essentiel de considérer toutes vos options et de bénéficier de conseils à la fois objectifs et clairs.

Même si vos reports de paiements ne sont pas terminés, si vous savez déjà que vous allez vous retrouver avec une dette ingérable, alors commencez à vous préparer dès maintenant.

https://www.4pillars.ca/fr/commencez

Pour plus d’informations sur ceci, lisez le billet de blog, ci-dessous :

Souvenez-vous que, peu importe votre situation, il s’agit d’un événement sans précédent et hors de notre contrôle. Vous avez privilégié la santé et la sécurité de votre famille et, même si ça semble aller très mal, n’importe quelle situation peut être résolue si vous avez le bon plan.